Connexion  
  Chercher
Votre CMA » Présentation » Chiffres clés de l'Artisanat
   
Chiffres clés de l'Artisanat     
 

L'artisanat : une force vive de l'économie insulaire


1)
Un poids économique majeur

Sur la base des travaux conduits annuellement par notre Observatoire Économique de l'Artisanat, le secteur des métiers fait travailler plus 14 000 entreprises et 26 600 salariés. Il génère un chiffre d'affaires de 1,5 milliards d'euros fin 2010. Rapporté à l'économie local, l'artisanat représente 33 % des entreprises (1 entreprise sur 3) et 17 % de la population active occupée. Les différents corps d'état du bâtiment, avec 43% des entreprises, en constituent le premier secteur en nombre d'actifs. Les services, qui regroupent entre autres des mécaniciens, des coiffeurs, des taxiteurs et ambulanciers, occupent 28% des entreprises. Suivent ensuite les activités productives (17%) et les métiers de bouche (11%).

2) Un secteur en développement ...

Au plan quantitatif, nous pouvons observer un niveau record de créations d'entreprises en 2007 et même 2008 avec plus de 2 200 immatriculations effectuées au Répertoire des Métiers. Ce qui en fait un secteur attractif, en particulier à l'égard des publics en difficultés d'insertion, puisque les 2/3 des inscriptions citées ci-dessus émanent des demandeurs d'emplois ou de bénéficiaires du RMI.

Jusqu'en 2008, le secteur dégage des taux de croissance significatifs à la fois, en matière d'emplois ( 5 %) et d'activités ( 6,2 %). Le recul des créations d'entreprises constatées toutefois en 2009, sous l'effet conjugué de facteurs exogènes (nouveau régime de l'auto-entrepreneur, réforme de la défiscalisation) et endogènes (baisse de l'activité) ne remet en rien en cause le dynamisme d'ensemble observé sur l'actuelle décennie. Les chiffres de 2010 confirment d'ailleurs cette tendance. Au plan qualitatif, la stagnation des fermetures d'entreprise conjugué à l'amélioration des durées de vie des entreprises concourent à une meilleure pérennité de nos structures artisanales.Ce qui les amène à une plus grande sensibilité aux concepts et outils modernes de production, de gestion et de management que sont la qualité, la sécurité, la gestion des déchets et l'adaptation des emplois et des compétences.

3) ... impacté par les tensions économiques et sociales qui secouent l'économie réunionnaise depuis 2008 et les évolutions réglementaires récentes

  • Stagnation de l'emploi salarié ( 1,8%) et recul de l'apprentissage (-3,2%) en 2010.

  • Plus grande vulnérabilité des entreprises : difficultés de trésorerie, insuffisance des fonds propres.

  • Des réformes qui impactent le développement du secteur des métiers : défiscalisation Outre-Mer, statut de l'auto-entrepreneur, évolutions normatives dans le bâtiment et le bois, etc.

4) Un secteur encore soumis à de nombreux handicaps

D'une manière générale le secteur souffre des contraintes liées à notre économie insulaire :

  • L'existence des handicaps structurels due à l'éloignement géographique ;

  • Les surcoûts de production : prix élevés des matières premières et du fret ;

  • La rareté du foncier.

Et plus particulièrement, il est sujet à un certain nombre de faiblesses :

- Au niveau interne :

  • Des TPE qui interviennent dans des conditions modestes à la fois sur le plan humain et matériel ;
  • Une sous capitalisation et une insuffisance des fonds propres qui grèvent par une large part, les capacités d'investissements des entreprises.

- Au niveau externe :

  • Un secteur qui subit la modification des grands équilibres due aux nouvelles formes de commerce et de distribution ;
  • L'obligation de conformité avec les normes et certifications européennes qui se substituent chaque jour davantage aux règles nationales, pas toujours faciles à assimiler pour des TPE.

5) Cependant un secteur qui conserve un fort potentiel

Au-delà de ces handicaps, l'artisanat reste un secteur d'avenir et les très petites entreprises qui le composent constituent une richesse en termes d'emplois et de capacité novatrice. Contrairement à certaines idées reçues, l'artisanat n'est pas un secteur appelé à disparaître car ses activités ne sont ni désuètes ni dépassées. Bien au contraire, leur rôle est appelé à s'amplifier, dans une société marquée par la globalisation de l'économie et le relâchement des liens sociaux.

L'artisanat constitue dans cette optique un pôle de stabilité et un facteur d'insertion. Et ses entreprises sont loin d'avoir épuiser leur potentiel de développement, ne serait-ce seulement au regard des besoins liés à l'accroissement démographique soutenu qui prévaut sur l'île.

Cliquer ici pour accéder au téléchargement